Très long itinéraire dans la lignée des sorties ski vers les sommets du fond de la vallée du Marcadau : ça n’en finit pas ! Jusqu’à 2200 m, c’est une balade buccolique puis les choses se corsent un peu ensuite. Été comme hiver, pins, crêtes et pointes des Encantats sont superbes.

Date : 2022/02/26
Distance totale : 26 km
Dénivelé positif : 1300 m
Temps de montée : 4h15
Temps de descente : 1h30
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : crête finale enneigée aérienne du tuc de Ribereta.

Accès voiture

Accès voiture : parking de la Borda de Servat peu après le barrage d'Aiguamog. Route puis piste ouverte suivant l'enneigement l'hiver puis réservée aux taxis à partir des banhs de Tredos l'été.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.fr/fr/trace/trace/187059

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

Bouchons montres dès Vielha pour se rendre vers Baqueira. Nous roulons au pas sur les 8 kilomètres nous séparant de Salardu avant de bifurquer vers les banhs de Tredos. Heureusement que nous n’allons pas au pla de Beret… Comme lors de notre visite au tuc Gran de Sendrosa, nous nous garons 3,5 km avant les banhs de Tredos. La suite de la route est très bien enneigée et nous montons tranquillement en examinant les nombreux couloirs du versant O de la serra de Sendrosa. Seul bémol : les moto-neiges qui nous passent devant laissant derrière elles une délicieuse odeur de carburant. J’aurais été moins critique s’ils nous avaient proposé de nous monter ! Le chemin d’été du refuge de Colomers passe bien à ski car le torrent est parfaitement comblé. Après avoir traversé le barrage à pied, nous rechaussons en direction du port de Caldes. Après une longue traversée, la pente se redresse un peu mais grâce aux nombreux passages, la trace est parfaite ! Au loin, l’antécime du pic de Travessani semble avoir été beaucoup fréquentée ! De notre côté, dès que le port de Caldes est visible, nous quittons l’autoroute pour passer sous le tuc deth Cap deth Pòrt de Caldes. La pente se redresse à nouveau : en restant proche des parois, nous passons ce ressaut (neige parfois délicate) et découvrons le bassin lacustre des lacs de Ribereta. Ce dernier est bordé à l’E par une crête impressionnante striée de couloirs dont les sommets sont étonnamment anonymes sur les cartes.

En débouchant au col (2628 m), vue exceptionnelle sur les Besiberri, le massif de l’Aneto ainsi que le Montardo. La pente SE du col de Ribereta donne envie : quel cadre ! Nous partons d’abord vers le tuc de Ribereta dont l’accès enneigé est le plus délicat : après un court passage étroit sur une neige portante, nous butons sur un ressaut rocheux (II) après lequel Lucille décide de retourner au col. Plus haut, la crête enneigée redevient étroite et assez exposée car les pentes plongent fortement de part et d’autre. Concentration indispensable. Enfin, la dernière portion est facile. De retour au col, la montée au tuc deth Cap deth Pòrt de Caldes est beaucoup plus simple : une portion rocheuse à contourner puis une large crête enneigée. Sous la croûte cassante, une neige semoule où nous nous enfonçons parfois jusqu’aux cuisses. Magnifique panorama.

Nous faisons la descente par le même itinéraire : retour expéditif au refuge dans une neige de printemps mais non sans surprise avec quelques zones croûtées. Le refuge est ouvert depuis le 17 février mais tout y semble très calme. Pour la suite, c’est du ski-cross jusqu’au pont de la Montanheta où nous préférons remettre les peaux plutôt que de nous épuiser à faire du skating. De retour aux banhs de Tredos, descente ininterrompue jusqu’à la voiture. Une longue journée où il ne fallait absolument pas oublier la crème solaire.