Sélectionner une page

Belles ambiances automnales dans ce vallon tranquille puis atmosphère glaciale durant les 200 derniers mètres où le blizzard nous aura empêché de voir le panorama. C’est avec un grand plaisir qu’il faudra revenir pour le découvrir.

Date: 02/09/2017
Distance totale : 18 km
Dénivelé positif : 1600 m
Temps de montée : 2h45
Temps de descente : 2h15
Conditions et commentaires : sommet bouché avec rafales glaciales et givre.
Difficultés : aucune.

Accès voiture

Accès voiture : auberge du Lis à la fin de la vallée du Lis après Luchon.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77066

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Les prémices de l’automne sont déjà là : une certaine fraîcheur s’est invitée, les sommets les plus hauts ont été saupoudrés et l’herbe commence à être roussie sur les pentes herbeuses précédant Superbagnères. Lorsque le chemin change brutalement d’orientation (vieille passerelle), suivre les panneaux montrant l’itinéraire du lac Vert et du col de Sacroux. On aboutit sur un petit plateau où se trouve la cabane de la Coume. Le chemin reste à gauche dans le vallon et monte doucement jusqu’à la bifurcation (1928 m) du lac Vert. Suivre les lacets qui montent vers le NE dans la raide pente herbeuse. Nous observons les nombreux vautours qui rodent à basse altitude dans le secteur et atteignons le col de Pinata (2152 m). La météo n’est pas au beau fixe. Le pic de Sacroux se dévoile de temps à autre tandis que le secteur Mail Pintrat – Pic de Boum reste désespérément accroché. Nous devinons seulement le saupoudrage au niveau du glacier des Grauès.

Du col de Pinata, nous suivons une sente qui évite temporairement versant O la crête de la tusse de Pinata avant de la rejoindre. Avant la tusse de Pinata, les cairns passent cette fois-ci versant E et indiquent un passage facile à flanc jusqu’à un collet (2666 m). Il est possible de ne pas suivre la sente et de rester sur la crête. Depuis quelques minutes, nous sommes entrés dans les nuages avec un vent et une humidité qui nous glacent jusqu’aux os. Il y a une fine couche de neige/givre au sol. La crête menant au sommet étant courte et facile, nous nous permettons de faire l’aller-retour au sommet qui ne se dégage malheureusement pas. Alors que l’été se termine tout juste, en dépit des gants et de la couche supplémentaire, ce brutal retour à l’hiver nous frigorifie. Nous nous empressons donc de repasser sous les nuages et décidons de rentrer par les chemins de traverse.

Pour cela, après la tusse de Pinata, nous suivons quelques cairns qui amènent au lac Célinda. Un bon chemin descend ensuite au lac Charles où une sente herbeuse descend en diagonale vers le charmant lac Vert. Sous le soleil, le lieu est très agréable et il est vrai le tour des lacs est vraiment une jolie boucle. Du lac Vert, nous empruntons le chemin qui traverse longuement à flanc pour rejoindre l’itinéraire du refuge du Maupas juste au-dessus de la cabane de Prat Long et rentrons au parking par l’itinéraire normal.