Sélectionner une page

Emblématique sommet de la Haute-Ariège, le Pic de Rulhe s’intègre magnifiquement dans un environnement minéral très esthétique constitué de crêtes découpées et de nombreux étangs.

Date: 13/06/2015
Distance totale : 12 km
Dénivelé positif : 1100 m
Temps de montée : 2h
Temps de descente : 1h45
Conditions et commentaires : atmosphère grise mais impression de beau temps.
Difficultés : couloir(s) d’accès raide(s).

Accès voiture

Accès voiture : Pla de Las Peyres. La piste chaotique et le parking ont été refaits durant l'automne 2017. On y accède désormais tranquillement.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77338

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

L’itinéraire du Pic de Rulhe est clair et évident. Dès le départ, le chemin du refuge est fléché : ce dernier s’élève rapidement au dessus de l’Aston avant de rejoindre la cabane de Garsan autour de laquelle les vaches peuvent profiter du grand plateau verdoyant. D’ici, le refuge est en vue et s’atteint rapidement par un bon sentier filant vers l’est. Il est tôt et tout le monde semble endormi à l’intérieur.

Nous nous éloignons du refuge en direction du col des Calmettes. Puis, de multiples cairns nous guident clairement mais rudement vers le Pic de Rulhe. Du col des Calmettes, les possibilités semblent multiples et, une fois le terrain déneigé, ça semble passer tranquillement partout.

Au sommet, le temps est assez nuageux et la méconnaissance du massif ne nous permet pas d’identifier beaucoup de choses. Toutefois, les crêtes, l’environnement minéral et les étangs forment une magnifique ambiance très photogénique.

Pour la descente, encore un itinéraire improvisé. Nous suivons la voie menant à l’étang de Joclar. Mais, après 200 mètres, au diable les cairns : nous empruntons un raide couloir fait de gispet et éboulis (est-il emprunté l’hiver ?) pointant vers l’étang de l’Estagnol. Le couloir s’élargit et nous évitons laborieusement des barres rocheuses en traversant d’imposants chaos rocheux avant de rejoindre progressivement l’étang. Le retour au Pla de las Peyres est ensuite évident.