En regardant la carte la veille au soir, je remarque qu’un chemin remonte ce vallon parallèle à celui de Salenques. Décision prise d’aller le découvrir pour atteindre le pico del Bous, point culminant de la zone.

Date : 2022/04/16
Distance totale : 14 km
Dénivelé positif : 1300 m
Temps de montée : 2h30
Temps de descente : 1h45
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : aucune.

Accès voiture

Accès voiture : soit le parking bien visible entre la route et le plan d'eau après avoir passé le riu de Salenques (panneau) soit quelques centaines de mètres après, une petite aire de stationnement  au départ du chemin juste avant le tunnel routier.

Tracé GPS

A venir

 

Le départ est peu engageant : nous sommes stationnés le long de la route principale sur laquelle les voitures descendent en trombe. Un bon chemin balisé remonte le barranco encaissé de Riueno et nous permet de retrouver rapidement le calme. Après une hêtraie, le chemin se fait parfois plus discret au milieu de quelques zones humides. L’Aston est pourtant bien loin d’ici… Peu à peu, la neige fait son apparition. Elle est en train de transformer, ce n’est pas encore une véritable neige de névé. C’est pourquoi, nous nous enfonçons souvent. Nous arrivons à proximité de l’estany del Cap de Riueno (2200 m environ), encore bien blanc. De la colladeta de Riueno jusqu’au pico de la Sarronera, le fond de ce vallon forme un joli petit cirque. Nous n’avions pas de plan pour l’accès au sommet, mais d’ici c’est une évidence : rejoindre la colladeta de Riueno (2282 m) puis suivre la crête E jusqu’au pico del Cap de Riueno surtout qu’elle est quasiment sèche ! Enfin un peu de répit !

De ce premier sommet, le pico dels Bous est tout proche. Il faut s’avancer d’une cinquantaine de mètres pour profiter de la vue plongeante sur le lac de Llauset. Comme d’habitude, la tuca Feixan en impose à l’instar du pic Russel. Les Besiberri sont pris dans les nuages. Au sud, nous pouvons observer la piste reliant le village d’Aneto au barrage de Llauset. Nous revenons plus ou moins par le même itinéraire. Du col à la fin de la crête, nous restons davantage sur la gauche car nous avions remarqué qu’il y avait moins de neige dans cette zone. Nous croisons une famille peu avant le parking, les seules personnes de la journée dans ce secteur sauvage.