Pèlerinage annuel aux granges de Lurgues pour aller visiter le pic de Cettiou, petit sommet rocheux perdu sur la crête entre pics de Portarras et d’Aulon.

Date : 2022/01/29
Distance totale : 16 km
Dénivelé positif : 1300 m
Temps de montée : 4h
Temps de descente : 1h
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : pale finale assez raide et crête sommitale un peu découpée (quelques pas de II).

Accès voiture

Accès voiture : granges de Lurgues. Avant Aulon, prendre la direction des granges de Lurgues (panneau)

Tracé GPS

A venir

Pour arriver aux granges de Lurgues, malgré les pneus neige, nous devons mettre pour les chaînes pour passer une dernière plaque de verglas de 50 mètres à peine. Le pré est bien enneigé mais nous sommes obligés de déchausser dans le bois de noisetiers. Lucille passe le goulet sans problème avec les couteaux. Vivien est avec le split dont l’adhérence est moins bonne. Je l’encourage donc à chausser les crampons et fais de même pour lui montrer les premiers rudiments du cramponnage. Comme d’habitude, l’arrivée à proximité de la cabane d’Auloueilh est un véritable frigo. Avant de partir vers le vallon des Gourgues au nord, nous observons des skieurs descendant la face est du Pichaley. Après avoir pris un peu de hauteur dans ces belles pentes ensoleillées, nous constatons sans surprise que de nombreux groupes arrivent à leur tour dans le vallon. La montée jusqu’au pied du pas dès Car est tranquille. Il y a tant de belles pentes dans le secteur, notamment vers le pic d’Aulon. J’ai envie d’aller partout ! L’année dernière, en voulant aller au pic de Cettiou, nous étions montés par erreur au col d’Aulon au lieu d’aller au pas dès Car. Cette fois-ci, nous sommes au bon endroit. Avant le col, lorsque la pente se redresse, Vivien et moi chaussons à nouveau les crampons et rejoignons Lucille.

La difficulté de la crête E du pic de Cettiou dépend des conditions. Constituée de gros blocs, elle ne doit pas poser problème quand elle est sèche. L’hiver, elle demande un peu d’attention. Après une portion horizontale facile, elle se redresse brièvement dans du mixte (quelques pas de II) avant de se coucher jusqu’au sommet. Les corniches peuvent demander de la prudence sur cette dernière partie. La vue est limitée à l’ouest par le pic Prada tout proche et l’imposant pic de Bastan d’Aulon mais une bien belle ambiance hivernale. La descente est rapide et nous rencontrons tous les types de neige. Alors que le versant S du pic Mail semblait entièrement purgé, nous remarquons qu’une coulée est venue se déverser dans le goulet et recouvrir la trace de montée.