Un beau voyage sur ces sommets secondaires fermant au nord la vallée du Marcadau. Accessibles mais entourés d’aiguilles esthétiques, ils offrent aussi une belle vue sur les secteurs du Barbat, du Vignemale et du Balaïtous.

Date : 2021/07/17
Distance totale : 22 km
Dénivelé positif : 1900 m
Temps de montée : 2h45 pour Arrouy et 4h au total jusqu’au soum de Bassia
Temps de descente : 2h
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : pentes raides autour du pic Arrouy.

Accès voiture

Accès voiture : Cambasque au-dessus de Cauterets.

Tracé GPS

À venir

 

C’est la première fois que je pars du parking du Cambasque. Nous avons passé une nuit calme après un repas rythmé par les tintements des cloches. La remontée de la vallée d’Ilhéou est longue. Cinq kilomètres de piste qu’il est possible de couper à la fin en suivant le GR10. Le refuge d’Ilhéou (1975 m) est joliment placé sur un promontoire face au lac. Nous sommes partis tôt et les randonneurs et campeurs commencent à s’activer autour du refuge. Nous longeons le lac par la rive gauche et rejoignons un petit replat. Nous suivons les cairns sur la gauche qui remontent une combe encaissée. Au collet, il aurait fallu descendre un peu sur la gauche pour rejoindre le lac Hourrat niché sous le pic de Courounalas. Au lieu de ça, nous sommes partis sur la droite dans du terrain facile (rares cairns). Nous avons cru un instant être bloqués par des barres rocheuses qui se sont révélées faciles à traverser. L’antécime du pic Arrouy est bien visible. Enfin, nous traversons un long pierrier et rejoignons le col du pic Arrouy (2632 m) puis l’antécime dans du terrain facile.

Pour rejoindre le sommet principal, je suis moins sévère que P.Quéinnec sur la courte portion de crête qui devient subitement découpée. En effet, le versant sud est impressionnant. Cependant, tous les ressauts (au nombre de 3 me semble t-il) sont évitables par la droite versant Barbat dans du terrain raide mais facile. Belle vue au sommet. J’adore ce massif. Pour poursuivre la traversée, descendre la crête herbeuse (quelques cairns) vers le SO et traverser dès que possible dans les pentes raides sous le col du Pourtet. Pour rejoindre le pic du Pourtet, nous longeons facilement sous les aiguilles découpée du Pic Arrouy. Sans atteindre le col de Bassia, nous montons directement vers la crête puis le sommet dans des pentes herbeuses raides. Vue somptueuse sur le petit massif hardi du Grand Barbat et ses sommets satellites découpée : Isardé, Maleshores, Badescure…

Descente facile au col de Bassia (2621 m) et remontée sans problème au soum de Bassia. Panorama toujours aussi beau. Je souligne cette fois-ci le Balaïtous tout proche et ses crêtes découpées. C’est parti pour un long mais esthétique retour en boucle jusqu’au refuge d’Ilhéou. Descente somptueuse jusqu’au lac du Pourtet (2422 m) avec une perspective sur le lac puis les sommets découpées le surplombant (Habassole, Mont Aigu, Cardinquère…) et enfin le Vignemale. À partir du lac, nous croisons beaucoup de monde. Vers 2250 m, nous quittons le bon sentier pour une sente bien marquée et cairnée qui longe l’ensemble du versant jusqu’au col de la Haugade. Cheminement astucieux et agréable avec une vue dégagée sur le massif du Vignemale et un joli passage sous les contreforts découpés du pic de Courounalas. Peu avant le col de la Haugade, nous remarquons une sente qui semble monter tout droit de la vallée du Marcadau, probablement celle en bleu sur la carte IGN.

Un bon chemin descend jusqu’au refuge d’Ilhéou où il y a foule. Nous renonçons donc à une boisson au regard de la terrasse bondée pour en terminer avec cette longue descente. Belle découverte de ce secteur qui a nourri quelques interrogations parmi lesquelles : existe t-il une voie facile pour les pics Isardé et de Badescure ?