Sélectionner une page

Deuxième année de suite où nous allons passer deux jours à ski autour du refuge Wallon ; il ne faudrait pas que cela devienne une habitude … ou pas !

Date: 21 et 22/04/2018
Distance totale : 12 + 22 km
Dénivelé positif : 2300 m
Temps de parcours : J1 : 5h15 – J2 : 7h45
Conditions et commentaires : beau. Voilé le 2e jour.
Difficultés : quelques pentes raides. Crampons pour la crête de la Petite Fache.

Accès voiture

Accès voiture : Pont d'Espagne au dessus de Cauterets. Tarif du parking pour arrivée samedi matin et départ dimanche après-midi : 8 €

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77928

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

En résumé : montée à la Cardinquère par les lacs d’Embarrat, nuit au refuge Wallon puis visite de la pène d’Aragon et de la petite Fache par le vallon du col de la Fache et retour au pont d’Espagne par la longue voie habituelle. Mais comme dirait le gardien, c’est toujours mieux que le périph’ !

 

Jour 1

 

Nous remontons les pistes de ski de fond jusqu’au bout du vaste replat et bifurquons vers les lacs d’Embarrat (panneau) au pont du Cayan (1620 m environ). La montée dans le bois est rude : c’est raide et partiellement enneigé. En sortant du bois, nous perdons le chemin sous la neige et rejoignons des pentes plus amicales pour chausser enfin les skis. Après une courte traversée exposée où nous déchaussons, nous parvenons au premier lac d’Embarrat (2076 m). Sans rejoindre le deuxième lac, nous suivons des traces qui partent au S et franchissent un raide ressaut pour aboutir dans le calme cirque de la Cardinquère. Derrière nous, les aiguilles de Castet Abarca ont fière allure et d’autres vallons nous font de l’oeil. Monter tranquillement au col entre les deux sommets de la Cardinquère puis arriver skis aux pieds à la Cardinquère O.

En raison de sa position centrale, le panorama est privilégié sur les sommets du secteur. Nous faisons une pause à l’abri du vent légèrement en contrebas puis entamons la descente. La neige est lourde et difficile sur le haut et alterne ensuite avec des passages saupoudrés de sable qui nous freinent. En d’autres termes, ce n’est pas une descente de rêve mais le cadre rattrape largement le tout. En descendant, bien penser à tirer à droite pour éviter de se retrouver dans la forêt dense, skiable mais sportif. Nous arrivons au refuge dont la terrasse est déjà remplie d’espagnols. Petite pause ensoleillée face aux sommets, j’ai hâte de faire les crêtes du coin, notamment la ligne frontalière. Au lieu du vaste dortoir à l’étage, nous héritons d’une petite chambre pour deux. Après un repas partagé dans une belle ambiance, une nuit au calme nous attend, c’est parfait !

 


 


 

Jour 2

 

Les premiers groupes quittent le refuge avec le refrain caractéristique des peaux crissant sur la neige dure. Nous suivons l’itinéraire du col de la Fache déjà emprunté l’été lors d’une visite à la Grande Fache. La montée démarre véritablement après avoir traversé le ruisseau du port de Marcadau (1950 m environ). Première partie raide puis accalmie avec un petit goulet amusant au-dessus d’un petit étang avant une grande traversée après laquelle le col de la Fache apparaît enfin. Sans rejoindre le col de la Fache, remonter une partie plus étroite sur la droite et continuer sur des pentes plus larges jusqu’à la pène d’Aragon (2916 m). La Grande Fache, à portée de main, est énorme.

Nous enlevons les peaux et descendons au collet en dessous de la petite Fache. Nous chaussons les crampons et suivons la crête jusqu’au sommet pour la portion la plus désagréable du week-end. Pourtant, ça paraissait agréable de loin avec une trace suivant esthétiquement la crête. Cependant, même sur 150 mètres de dénivelé à peine, s’enfoncer jusqu’à la taille voire jusqu’au nombril 9 pas sur 10, c’est horrible voire anxiogène. Les pieds viennent se coincer entre les rochers et il faut s’employer pour s’extirper de ce trou et ainsi de suite. Heureusement, le panorama hivernal est dément, quelle vue !

De retour sur les skis, nous rejoignons l’entonnoir sous la pène d’Aragon pour une descente mémorable face à la grande Fache sur une neige excellente. Mince, nous sommes déjà au col de la Fache, j’aurais aimé que ça dure des heures. Pour la suite, l’exposition et l’altitude ont changé et la neige devient bien plus physique à skier : très lourde et toujours ses zones orangées sablées qui freinent la progression. Une fois en face du refuge, il est possible et judicieux de rester rive droite pour continuer à descendre pour rejoindre ensuite la voie normale de descente en traversant le torrent plus bas. Je ne l’ai compris qu’après et nous pouvons donc dire au revoir aux sympathiques gardiens avant de poursuivre en direction du pont d’Espagne. Alors oui, c’est toujours mieux que le périph’, mais c’est pas le plus cool !

Après le pic de l’Affron et le pic de Cambalès l’année précédente, ce fut à nouveau un excellent week-end autour du refuge Wallon. Toutes les possibilités ne sont pas épuisées : pic du Pourtet, soum de Bassia, pic Ruben Pantet, col d’Arratille. Pourquoi ne pas aller voir ce qui se passe aussi du côté de Respomuso ?