Sélectionner une page

Longue montée vers le pic de Nérassol et boucle classique par la face E pour le retour. Beaux paysages étendus une fois arrivé au barrage du Siscar qui marque la sortie de ce vallon étriqué.

Date : 24/02/2019
Distance totale : 15 km
Dénivelé positif : 1200 m
Temps de montée : 3h45
Temps de descente : 1h
Conditions et commentaires : beau. Grande douceur en journée.
Difficultés : quelques passages raides à la descente de 30° voire 35/40° pour le dernier goulet avant la jasse de Brougnic.

Accès voiture

Accès voiture : L'Hospitalet-près-l'Andorre. Il y a un parking 200 mètres sur la gauche en montant après la centrale EDF. Craignant de ne pas pouvoir remonter la petite route enneigée y menant, stationnement en face de la mairie.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/81689

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Départ assez glauque de L’Hospitalet : à l’ombre, garé près de la voie ferrée, il faut marcher un peu sur la route le long de l’imposante centrale EDF… Nous sommes contents de prendre un peu de hauteur d’abord avec les couteaux car les premières pentes sont très dures puis plus tranquillement le long de la conduite d’eau. Paradoxe de ces journées printanières précoces : le froid est saisissant le matin puis c’est la surchauffe dès que le soleil se pointe. Nous remontons ensuite le vallon jusqu’au barrage et l’étang du Siscar (2067 m). L’enneigement est suffisant mais maigre : nous devons slalomer pour ne pas déchausser. Heureusement que la descente n’est pas prévue par là. Après le barrage, le vallon s’ouvre largement et le paysage prend une autre ampleur. Passage par la cabane de la Vésine (2100 m) qui était occupée la nuit passée puis nous poursuivons tranquillement jusqu’à la porteille du Sisca (2440 m) avec les couteaux pour les 100 derniers mètres plus raides et encore à l’ombre. Enfin ! Je suis fatigué et j’ai cru que le col n’arriverait jamais.

La crête E/SE est très rapidement sèche et nous oblige à rejoindre le sommet à pied. Le pic de Nérassol est un joli belvédère bien individualisé. Alors que deux skieurs arrivent au sommet par l’E, c’est par là que nous nous apprêtons à descendre. La petite face est raide au départ (35° au plus raide) puis d’adoucit rapidement. La neige a pris le soleil depuis tôt ce matin et ce début de descente jusqu’aux planels de Nérassol est un régal. Nous obliquons progressivement vers le N/NE pour descendre dans un vallon bien marqué aux multiples possibilités. La jasse de Brougnic est défendue par un dernier goulet assez raide et en neige tôlée, pas exposé. Une fois dans la jasse, la suite de la descente consiste en de grandes traversées pour essayer de ne pas pousser. Place ensuite à un slalom sur une zone moins enneigée pour rejoindre la bifurcation de la vallée de Siscar. Nous retrouvons la conduite et pouvons skier en continu jusqu’à la route, ce qui sera bientôt impossible au regard du faible enneigement.

Une petite boisson à l’hôtel du Puymorens tenu par un sympathique gérant et c’est reparti pour Toulouse. Le départ matinal nous aura permis d’éviter la circulation aussi bien à l’aller qu’au retour. Ouf !