Sélectionner une page

Itinéraire long mais somptueux par le col des Tentes avec la découverte de lieux légendaires comme le Cirque de Gavarnie vu depuis le refuge des Sarradets, la Brèche de Roland, les canyons d’Ordesa et le mythique Monte Perdido !

Date: 20/08/2013
Distance totale : 25 km
Dénivelé positif : 1500 m
Temps de montée : 5h00
Temps de descente : 5h00
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : terrain exigeant et passages escarpés.


Accès voiture

Accès voiture : col des Tentes.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77829

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.


 

Col des Tentes (2208 m) – Port de Boucharo (2270 m) – Col des Sarradets (2589 m) – Refuge des Sarradets (2587 m) – Brèche de Roland (2807 m), c’est du classique et il est impossible de se tromper. N’oubliez pas de profiter de la vue qui s’ouvre sur le cirque depuis le col des Sarradets, l’une des plus belles des Pyrénées. Durant ce petit matin du mois d’août, je la découvre pour la première fois alors que je dois retourner au Havre pour l’année scolaire quelques jours après. Comme la mail de Bulard quelques semaines plus tôt, c’est une révélation et je suis d’autant plus motivé à me rapprocher des Pyrénées lorsque je le pourrai. Le versant espagnol est encore bien enneigé. Après le pas des Isards qui est déneigé mais que nous atteignons en suivant une petite rimaye, nous montons sur les terrasses supérieurs sous le Casque et la Tour. Pour cela, il faut contourner la Tour par un gradin puis monter une cheminée facile (cairns) qui permet de prendre pied sur des plateaux plus larges.

Nous profitons des névés pour nous rapprocher rapidement du Cylindre que nous contournons par la droite pour arriver au lac Glacé où des montagnards ont bivouaqué. Sur cette portion, la vue sur les canyons d’Anisclo et d’Ordesa est somptueuse, et ce n’est que le début ! Nous rejoignons la foule venue de Goriz pour monter la dernière rampe qui est déneigée sur le haut. Juste avant de prendre pied sur les éboulis, nous aidons un espagnol en détresse qui s’est déporté du chemin jusque dans des petites barres. La dernière pente est croulante et éprouvante. A la fin de celle-ci, le sommet est alors tout proche. En haut, nous pouvons effectivement constater la beauté et la diversité du panorama.

Dans les éboulis croulants, la descente jusqu’au lac Glacé est expéditive. Puis, nous retournons à la brèche de Roland par le même itinéraire en cuisant sous le soleil. Heureusement, quelques névés rafraîchissants sont les bienvenus. Après la brèche, ils nous permettent également de rejoindre rapidement le refuge de la Brèche assailli par les promeneurs. Il reste encore quelques longs kilomètres pour rejoindre le col des Tentes qui finissent de nous meurtrir les cuisses. Quelle journée fabuleuse !

 

Mont Perdu

Mont Perdu