';
Tuca de Betren (2518 m) depuis l’entrée N du tunnel de Vielha

 

Constitué d’une succession insolite de tubes, le vallon confidentiel qui monte au coth de Bargadera puis à la tuca de Betren est une très belle découverte. Plus lointain que le tuc du port de Vielha mais beaucoup moins fréquenté, c’est un très bel itinéraire seulement tempéré par la piste du début.

 


 

Demo Title

Demo content

 


 

Après notre visite ventée au tuc de Horno il y a quelques semaines, nous voici de retour à l’entrée nord du tunnel de Vielha pour aller explorer un nouveau vallon. Nous arrivons les premiers au parking, mais ça ne va certainement pas durer ! De l’usine d’incinération (1380 m), emprunter la piste qui impose quelques déchaussages, laisser le sentier montant à la cabane deth Pontet et poursuivre jusqu’aux abords d’une maison (1470 m environ). Cinquante mètres avant la maison, un large chemin part vers la droite. Le quitter dès que possible pour rejoindre des pentes herbeuses moins boisées et atteindre la cabane de Sarrahèra de Baish (1650m). Dominé par l’imposante face nord du tuc des Hemnes, le site est très beau. Nous restons rive droite du torrent pour monter entre les sapins jusqu’à un vaste replat (1950 m) où le vallon se resserre.

La suite du vallon est dominée en rive droite par des pentes raides. Il faut donc veiller à partir tôt et/ou évaluer si celles-ci sont suffisamment purgées. Lors de notre passage, de nombreuses purges ont déjà eu lieu et tout a l’air sain en raison de deux jours de redoux ainsi que de la pluie jusqu’à 2200/2300 m. Nous remontons au plus simple une succession de tubes jusqu’au coth de Bargadera (2464 m). Le relief est lissé et les bombements recouverts d’une épaisse de neige rendent le paysage enchanteur. Avant le col, nous émergeons des tubes et le vent fait son apparition. Le sommet apparaît sur la gauche et s’atteint facilement skis aux pieds. Malheureusement, le ciel est bien plus voilé que prévu. La majorité des sommets des Encantats sont bâchés et nous ne attardons pas car enlever les peaux suffit à nous faire mordre par le froid.

Avec quelques centimètres de neige froide sur un fond dur, la neige est bonne même si la visibilité n’est pas optimale. La descente est un régal même si sous 2100 m, la surface est assez bosselée à cause de la pluie. Après le grand replat, j’hésite à passer rive gauche mais après vérification, c’est peut-être un peu raide pour Lucille et Pierre. Nous descendons donc par le même itinéraire jusqu’à la cabane derrière un groupe qui était monté sur un petit dôme (j’ai appris après coup que le groupe n’avait pas poursuivi vers la tuca de Betren craignant d’éventuelles pentes non purgées). Après la cabane de Sarrahèra de Baish, alors que nous avions déchaussé de temps à autre à la montée pour traverser quelques ruisseaux, nous trouvons un passage de haut vol au milieu de noisetiers entièrement comblé.

Le retour au parking par la piste est un peu longuet car quelques légers faux-plats montants et ruisseaux viennent rompre l’élan. Pour rallonger l’itinéraire et éviter un bout de piste, il est possible de repeauter à la cabane de Sarrahèra de Baish pour monter à un collet (raide, 2100 m environ ?) évident à droite du tuc des Hemnes. On contourne alors une dent pour redescendre à proximité de l’arriu de Fontfreda jusqu’à la passerelle de la cabane deth Pontet. Suivre alors le chemin habituel jusqu’à la piste.