Sélectionner une page

Belle chevauchée de crêtes face au massif de la Maladeta avant de faire un crochet pour voir passer les coureurs de la Route 3404 (65 km) du Luchon Aneto Trail.

Date : 07/07/2018
Distance totale : 17 km
Dénivelé positif : 1400 m
Temps de montée : 4h pour la tuca Blanca de Pomero.
Temps de descente : 1h30
Conditions et commentaires : beau puis nuageux voire menaçant.
Difficultés : crête aérienne.

Accès voiture

Accès voiture : Artiga de Lin. Après 9h du matin, la dernière partie de la route est fermée durant l'été. C'est peu intéressant et assez long donc essayez d'arriver avant !

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/76997

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

De l’Artiga de Lin (1465 m), un bon sentier amène à proximité de la cabane de Pomero (1850 m) puis au pas de l’Escalette et enfin au port de la Picade (2468 m) pour 1000 m d’ascension très progressive. Bien que peu pentu, le vallon doit être agréable à ski à condition que les pentes qui le dominent soient purgées. L’apparition soudaine du massif de la Maladeta est toujours un enchantement. C’est parti pour 3 kilomètres de crêtes !

D’entrée, le terrain n’est pas roulant en raison des rochers qui entravent le fil de la crête. Je navigue sur le fil ou de part et d’autre (principalement versant SO c’est à dire côté Maladeta) en prenant au plus facile. Il faut poser un peu les mains et l’ambiance est parfois légèrement aérienne, sans plus. Lorsque la crête commence à prendre du dénivelé, je viens buter sur un ressaut rocheux plus vertical que le reste. Je me laisse tenter temporairement par les pentes herbeuses au SO mais vois le fil qui s’éloigne bien plus haut. Au prix d’une escalade très inconfortable dans un mauvais terrain herbeux, je parviens à le retrouver. Fallait-il grimper le ressaut rocheux ou bien continuer à longer sur les pentes herbeuses ? J’ai l’impression que dans ce dernier cas, le fil de la crête s’éloignait inexorablement.

Je rejoins le tuc de Bargues (2633 m) que j’aborde également par les pentes SO mais plus facilement cette fois-ci. Même si les nuages se sont invités à la fête, la vue est très belle sur la crête qui se déroule jusqu’à la Forcanada. Dans un terrain nécessitant toujours de l’attention, descendre au col de Bargues qui domine le lac de Pomero puis passer un ressaut facile avant que le terrain ne devienne brusquement calcaire.

La tuca Blanca de Pomèro est désormais toute proche et ses parois vertigineuses brillent par leur sévérité. Plus facile qu’elle ne le paraissait de loin, une dernière pente en mauvais terrain mène au sommet où le panorama se dévoile à nouveau sous une nouvelle perspective. Après avoir rejoint facilement le col du Toro (2236 m) accompagné au début par une harde d’isards, je renonce à monter à la Malh dera Artiga et descends dans le vallon de l’Escaleta en espérant voir un copain qui participe au trail reliant Luchon au tuc de Molières. Bingo ! Je lui souhaite bon courage pour rentrer à bon port. De retour au col du Toro puis à l’atypique lac deth Coth deth Horo (me trompe-je ou bien il est rare qu’un étang niche à un col de cette manière ?) il ne reste plus que la descente directe jusqu’au parking.