Sélectionner une page

Réputé pour être un des 3000 les plus faciles, le Taillon ne déroge effectivement pas à la règle mais son itinéraire se déroule dans un cadre somptueux. Aller-retour aux Gabiétous pour compléter la collection.

Date: 31/10/2014
Distance totale : 19 km
Dénivelé positif : 1200 m
Temps de montée : 3h45 pour le sommet occidental des Gabiétous.
Temps de descente : 2h45
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : terrain assez raide et décomposé pour les Gabiétous.

Accès voiture

Accès voiture : col des Tentes.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77592

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Tandis qu’un ami souhaitait découvrir un joli coin des Pyrénées, je mourrais d’envie de retourner à Gavarnie. Comme il y a moins de monde fin octobre, c’est idéal pour aller visiter le Taillon, un des 3000 des Pyrénées les plus faciles offrant des perspectives fabuleuses sur le cirque.

Col des Tentes (2208 m) – Port de Boucharo (2270 m) – Col des Sarradets (2589 m) – Refuge des Sarradets (2587 m) – Brèche de Roland (2807 m), c’est du classique et il est impossible de se tromper. Le chemin est large et monte finalement assez peu. Du col des Sarradets, la vue s’ouvre sur le cirque : ses sommets et le haut de la célèbre cascade. C’est un peu plus raide à l’approche de la brèche derrière laquelle le paysage change et les tentaculaires canyons espagnols s’étendent. Nous tournons à droite au plus près des grandes parois rocheuses et arrivons à la Fausse Brèche et au pied doigt de la Fausse Brèche (2909 m) d’où les pentes terminales du Taillon apparaissent.

Au sommet, les Gabiétous me font de l’oeil. Si pour Valentin, ce ne sont que deux pointes absolument insignifiantes, pour moi, ce sont quand même deux 3000 de plus à gravir. Etant aussi proche, ce serait dommage de pas en profiter. La température est estivale, Valentin décide donc de se reposer et m’attendre tranquillement au sommet du Taillon.

Je descends rapidement au col des Gabiétous (2909 m) entre le Taillon et les Gabiétous grâce à une pente cairnée où aucun caillou ne tient. Les pentes qui paraissaient inaccessibles de loin se négocient finalement très bien. Je vais d’abord au Gabiétou oriental avant d’aller visiter son voisin occidental et de revenir au Taillon par le même chemin.

Après une longue pause contemplative, nous redescendons par le même itinéraire. Au col des Sarradets, un dernier regard vers le cirque qui va bientôt revêtir son manteau hivernal pour de longs mois.