';
Punta Suelza (2973 m) – Pic d’Ourdissétou (2597 m) depuis l’Hospice de Rioumajou

 

Avoisinant l’altitude fatidique des 3000 mètres, la Punta Suelza offre, par sa position centrale isolée, un formidable panorama. Si la voie normale démarre depuis l’Espagne après le tunnel de Bielsa, l’accès par Rioumajou est le plus sauvage.

 


 

Accès voiture

Accès voiture : hospice de Rioumajou. Après Frédançon, une piste cailloutée de 4 km, plutôt en bon état, mène à l'hospice de Rioumajou.

Tracé GPS

A venir !

 


 

Arrivés à l’hospice de Rioumajou la veille au soir, un troupeau de vaches nous accueille sous un ciel étoilé resplendissant. Hormis une vache qui s’est frotté d’un peu trop près à la voiture, nuit calme sous une montagne de couettes pour se préserver du froid piquant. Départ à la frontale à 7h vers le port d’Ourdissétou (2403 m) dont la direction est indiquée après 5 minutes de marche par un panneau. Le chemin est roulant, et agréable et le jour se lève tranquillement pendant la montée. Au port, les premières lumières viennent éclairer les massifs du Mont Perdu et de la Munia. Après être descendus au paso de los Caballos (2300 m envron), c’est au tour de la Punta Suelza et la Punta Fulsa d’être illuminées.

 

Punta Suelza
Punta Suelza

 

Nous suivons la piste jusqu’au barrage de l’ibon d’Urdiceto (2369 m) puis les nombreux cairns vers le sud. Ils évitent une proéminence rocheuse et amènent dans une pente d’éboulis où nous rencontrons quelques rares plaques de neige. Après avoir fait attention sur une courte portion glacée, nous débouchons à un petit collet. Le chemin suit ensuite très brièvement la crête avant de longuement la contourner pour remonter vers le sommet. Panorama magnifique, étendu et varié : vallons découpés espagnols, cimes enneigées de Gavarnie, imposants massifs du Schrader et des Posets, et étendues herbeuses au nord.

Retour rapide au paso de los Caballos en surprenant notamment un troupeau d’une quinzaine d’isards. Nous croisons une famille espagnole en train de monter après s’être garée au lac, c’est bien plus court ! Pour rentrer en boucle, nous montons au pic d’Ourdissétou (2596 m) par une courte crête (II max.) mais en bien mauvais rocher. Nous continuons sur la crête débonnaire qui s’étire sans difficulté jusqu’au port de Caouarère. Peu avant le port de Plan (2524 m), nous descendons dans un des vallons et retrouvons le chemin balisé en jaune qui relie Rioumajou au port de Plan. La descente se poursuit donc sans difficulté en suivant le chemin au milieu de ces superbes paysages automnaux.