Sélectionner une page

Après un léger saupoudrage, visite en solitaire de la célèbre fratrie des Péric par le versant ariégeois et le vallon sauvage de la Portella Gran.

Date : 12/06/2019
Distance totale : 24,5 km
Dénivelé positif : 2300 m
Temps de montée : 3h45
Temps de descente : 2h15
Conditions et commentaires : beau avec léger saupoudrage la veille.
Difficultés : aucune.

Accès voiture

Accès voiture : parking du Fanguil au fond de la vallée d'Orlu.

Tracé GPS

A venir !

 

Depuis le Fanguil, suivre l’itinéraire classique du refuge d’en Beys jusqu’à la passerelle au bout du grand replat permettant d’enjamber l’Oriège. Comme d’habitude, la Dent d’Orlu a toujours fière allure. Je quitte alors le chemin du refuge pour traverser le ruisseau sur ma gauche et trouver une sente cairnée montant vers la forêt. Le chemin devient excellent et les lacets s’enchaînent jusqu’à la jasse de Dela (1970 m environ) et ses deux cabanes. Le chemin est indiqué en pointillés noir sur la carte IGN mais le départ n’est pas forcément évident. C’est à partir de là que je commence réellement à marcher dans la petite couche de neige fraîche. Je remonte sans histoire le vallon doux et régulier. C’est parfois assez glissant sur quelques rochers qui se dérobent sous la neige. Cette dernière donne également au paysage un aspect assez confus. La Portella Gran (2603 m) est défendue par quelques névés faciles que j’emprunte pour éviter les éboulis.

Une fois au col, je découvre le bel Estany Blau contrastant avec les pentes enneigées puis suis brièvement la crête avant de descendre facilement au Petit Estany Blau (2525 m). Pour monter au Puig Peric, je repère le couloir SO lacéré de quelques lacets. En m’approchant, je remarque qu’une personne est déjà passée et ses traces me faciliteront grandement la tâche. Au sommet, je laisse mes affaires pour un aller-retour rapide au Petit Péric. Après une pause sous un vent frais qui fait virevolter quelques nuages autour du sommet, je rentre à la Portella Gran par le même itinéraire. A la descente, le couloir est un jeu d’enfant ! En visant les névés, je retourne à la jasse de Dela où la neige fraîche est déjà bien remontée sous le soleil agressif de juin. Retour dans le vallon de l’Oriège où pas mal de groupes se baladent.