Sélectionner une page

Observée depuis Auzat, on aurait presque l’impression que la pointe du Montcalm dépasse le pic du Montcalm, célèbre 3000 ariégeois. Incontestablement oins élevée que son voisin, son accès est quant à lui plus aventureux et plus sauvage.

Date : 24/08/2019
Distance totale : 19 km
Dénivelé positif : 1900 m
Temps de montée : 3h
Temps de descente : 2h
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : quelques pas de II sur le passage raide avant la pointe du Montcalm puis passages aériens et en mauvais rocher entre les deux sommets.

Accès voiture

Accès voiture : parking de l'Artigue, dernier lacet en suivant la route après Marc.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/98863

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Départ de l’Artigue et montée traditionnelle jusqu’à l’étang Sourd (1937 m). Comme d’habitude, belles lueurs matinales vers le massif de Bassiès qui d’abord nous domine puis s’écrase au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude. Au-dessus de l’étang Sourd, lorsque le chemin entame la traversée vers le refuge du Pinet, le quitter pour s’engager dans le vallon de la pointe du Montcalm qu’on remarque au fond. Après une partie en pente douce, nous venons buter sur un premier ressaut facile qui se franchit vers le centre. Nous débouchons alors sur un cirque suspendu que nous remontons dans les éboulis jusqu’à venir buter contre un verrou plus sévère. Nous prenons la direction du couloir bien marqué au centre avant de bifurquer vers la droite sur une rampe mi herbeuse mi rocheuse. Après quelques dizaines de mètres, partir dans l’autre sens et continuer en ascendance (quelques pas de II). Il faut viser les parties les plus faciles et se forcer à garder une trajectoire ascendante pour arriver ensuite sur du terrain plus facile.

Le sommet est désormais bien visible. Nous remontons la pente d’éboulis en nous rapprochant progressivement de la crête E. Nous la longeons quelques mètres plus bas et arrivons enfin au sommet. Il est vrai que du chemin après l’étang Sourd, la pointe du Montcalm paraissait plus proche qu’elle ne l’était en réalité. Vue originale sur le massif. Nous partons sur la crête en direction du pic du Montcalm : la descente jusqu’au collet entre les deux sommets est assez découpée (quelques II), parfois aérienne et en mauvais rocher. Nous descendons donc avant prudence jusqu’au point bas où la dernière difficulté consiste à passer sur la gauche un ressaut avant que le terrain ne s’assagisse définitivement. Nous remontons ensuite la vaste pente d’éboulis, repérons le passage vers les tables du Montcalm, puis poursuivons jusqu’au sommet.

La descente par les tables du Montcalm est raide et directe jusqu’au fond du vallon. Il faut partir vers le N (nous revenons donc sur nos pas) et repérer les quelques gros cairns évidents qui marquent le début de la descente. Pour la suite, nous prenons garde à suivre attentivement l’itinéraire bien cairné. Prudence aux chutes de pierres dans le couloir qui mène au petit étang (2660 m). Le chemin dégringole ensuite et nécessite de poser parfois un peu les mains mais m’apparaît moins impressionnant que lors de la montée il y a 5 ans. Une fois au fond du vallon, le chemin devient nettement plus tranquille. Peu avant la piste, Julien se fait poursuivre par une abeille pendant une minute et se fait piquer deux fois. Vers l’altitude 1480 m, après quelques lacets sur la piste, nous empruntons le joli chemin en balcon qui traverse tout le versant N de la forêt pour rejoindre l’itinéraire du refuge du Pinet. Il ne reste alors que 300 mètres de dénivelé pour rejoindre le parking bondé.