Sélectionner une page

Pendant que les skieurs se pressent sur l’itinéraire du Montcalm et de la Pique d’Estats, visite de ces vallons et combes sauvages menant à ce sommet confidentiel, membre de la famille des pointes élancées du massif granitique de Bassiès. Un très bel itinéraire à ski.

Date : 16/03/2019
Distance totale : 20,5 km
Dénivelé positif : 1700 m
Temps de montée : 4h15
Temps de descente : 1h30
Conditions et commentaires : beau et doux avec léger vent au sommet.
Difficultés : large couloir à 35° et petite barre à désescalader selon l’itinéraire choisi avant l’étang de Bentéfarine.

Accès voiture

Accès voiture : parking de l'Artigue, dernier lacet en suivant la route après Marc.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/90633

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Chaussures sur les skis et skis sur le dos, il va falloir porter un peu avant de chausser. Les températures sont toujours aussi clémentes et la neige n’en finit pas de remonter. Nous empruntons le chemin d’été qui monte rudement au début puis traverse tranquillement pour rejoindre le torrent (1401 m). La passerelle est démontée l’hiver et il faut traverser le torrent à gué. Un groupe de 3 personnes part en direction du pic de Brougat. Une langue de neige descend jusqu’au torrent mais nous continuons à pied jusqu’en haut du petit ressaut (1650 m environ) où nous laissons les baskets. Poursuivre sans histoire (si les raides pentes S sont purgées !) jusqu’aux orris des Légunes d’en bas (1900 m environ) et partir vers le NO. Une vieille trace nous indique le chemin : c’est la pente la plus douce juste après l’orri qui amène à un petit cirque (2065 m).

L’option la plus directe pour rejoindre l’étang de Bentéfarine : emprunter le large couloir (35°) au N au fond du cirque. L’option plus douce et celle choisie : partir vers l’E et moyennant un cheminement assez confus fait de quelques raides conversions entre les ressauts, rejoindre les lavants de Montescourbas. Nous avons pris de la hauteur et les 3000 ariégeois à peine plâtrées prennent de plus en plus d’ampleur. Même si ça monte, cette partie est somptueuse ; les descentes n’ont finalement pas le monopole de l’esthétisme. En haut des lavants, il aurait été plus judicieux de rejoindre le couloir bien visible d’en bas afin d’éviter la désescalade laborieuse d’une petite barre, contrefort lointain de la pointe des Trois Comtes. Depuis l’étang de Bentéfarine (2424 m), le sommet ne présente pas son profil le plus charismatique mais son antenne radio est bien visible au NE. Rejoindre facilement le col entre Pointe du Trou de l’Ours et Pic Près de Puntussan que nous atteignons rapidement à pied. Beau panorama sur les sommets ariégeois.

Bonne neige pour la descente jusqu’au couloir avant lequel elle s’alourdit un peu. Conciliabules : lavants ou couloir ? Tout le monde se lance avec succès dans ce dernier pour une descente gratifiante, en bonne neige et dans un cadre somptueux. Plus bas, la neige est collante. Nous récupérons les baskets et continuons à ski jusqu’au torrent. Retour sous la chaleur au parking bien rempli et halte désaltérante à Vicdessos pour clore cette magnifique journée.