Sélectionner une page

Périple de 2 jours au coeur du massif du Luchonnais offrant des paysages à couper le souffle. Spijéoles, Belloc, Gourdon le premier jour. Nuit au refuge du Portillon, puis Pic Lézat le lendemain matin.

Date: 04 et 05/07/2015
Distance totale : 15 + 14 km
Dénivelé positif : 3500 m
Temps de parcours : J1 : 6h15 – J2 : 4h30 pour la deuxième.
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : passages raides, portions aériennes, terrain exigeant typique du Haut-Luchonnais.

Accès voiture

Accès voiture : Granges d'Astau. De Luchon, prendre la direction du col de Peyresourde, rejoindre le village d'Oô, puis les granges d'Astau à la fin de la route (panneaux).

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77598

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Jour 1

 

Départ des Granges d’Astau à 6h, encore bien calmes en cet horaire matinal. Je rejoins facilement le lac d’Oô puis le refuge d’Espingo par la voie traditionnelle qui ne souffre d’aucune ambiguïté. Pour aller au Pic des Spijéoles par l’itinéraire le plus direct, il faut dépasser le lac Saussat puis bifurquer au niveau de la coume de l’Abesque (2090 m environ). Quelques dizaines de mètres avant la passerelle qui enjambe le torrent, emprunter une sente herbeuse caractéristique entourée par 2 cairns.

Après une raide montée cairnée serpentant entre les barres rocheuses, je parviens à la base des Spijéoles qu’il faut longuement longer dans de gros blocs jusqu’à un très large col. Vue sur la fameuse voie du Grand Dièdre, peut-être un jour ? Au col, il y a brusquement du vent dont les plus fortes rafales empêchent presque de tenir debout. Je poursuis sur quelques névés jusqu’à une cheminée facile (cairns) débouchant sur la pente terminale. Quelques éboulis, 2 pas en avant, 3 en arrière, derniers efforts, sommet ! Panorama magnifique sur le massif, le lac glacé porte encore bien son nom.

Après une bonne pause, aller-retour en 1 h à peine jusqu’au Pic Belloc (composé en fait de 3 pointes distinctes). La crête ne pose pas de problème, les cairns sont présents, il faut mettre régulièrement les mains. Avec le vent, les nombreuses brèches se transforment en violentes souffleries ! Pendant ce temps, un groupe d’espagnols a rejoint le sommet : je les aperçois, je les entends aussi (!).

Pour rejoindre le Pic Gourdon, il faut d’abord rejoindre la brèche entre les deux sommets. Pour cela, j’emprunte d’abord la large crête avant de redescendre côté « Perdiguère » pour longer à flanc jusqu’à la brèche. Puis, je reste à flanc sur quelques dizaines de mètres (passage peu confortable voire délicat, y a t-il une possibilité plus aisée ? Sur le fil ?) avant de rejoindre le fil de la crête jusqu’au Pic Gourdon. Il y a toujours un cheminement facile mais beaucoup plus de pas d’escalade (II – II+, parfois aériens mais ludiques en restant sur le fil) que pour le Pic Belloc. J’aurais mis 1 h pour faire la jonction Spijéoles – Gourdon.

Pour redescendre, j’emprunte la crête qui fait face au Pic des Gourgs-Blancs jusqu’au col éponyme où j’hésite longuement à aller visiter les pics Jean Arlaud et des Gourgs-Blancs. Finalement, je renonce et poursuis jusqu’au col du pluviomètre qui offre une vue majestueuse sur ces derniers. Descente abondamment cairnée jusqu’au refuge du portillon après 2800 m de dénivelé positif.

 


 

 

Jour 2

 

Avant de redescendre, j’ai prévu de monter au Pic Lézat. Pour cela, je suis la caravane des randonneurs se dirigeant vers le col inférieur de Litérole. Dès que le terrain me paraît convenable, je monte pleine pente en direction du Lézat jusqu’à trouver quelques cairns menant à une première cheminée. Cette dernière aboutit à un plateau d’éboulis duquel il faut rejoindre une deuxième cheminée pour atteindre le sommet. Panorama exceptionnel sur le massif du Luchonnais dont l’ambiance minérale est renforcée par le ciel laiteux austère et la belle couleur de l’étang du Portillon.

Descente sans histoire jusqu’au refuge puis beaucoup plus fréquenté jusqu’aux Granges d’Astau, beaucoup moins calmes cette fois-ci …