Sélectionner une page

Exploration de la haute vallée du Garbet avec l’étang du Garbet, l’étang Bleu partiellement sous les glaces puis le Pic des Trois Comtes et le Pic de Puntussan. C’est long, ça monte, c’est sauvage, c’est le Couserans.

Date: 19/07/2014
Distance totale : 16 km
Dénivelé positif : 1900 m
Temps de montée : 5h00 pour le pic de Puntussan.
Temps de descente : 3h30
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : pas de sentier après l’étang Bleu.

Accès voiture

Accès voiture : virage d'Agneserre. D'Aulus-les-Bains, prendre la direction du col d'Agnes et se garer dans le premier véritable lacet après 4,5 km environ.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77557

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Du virage d’Agneserre (1140 m), s’enfoncer dans la hêtraie et emprunter un chemin facile jusqu’au cirque de Garbettou (1400 m) où nous pouvons éteindre les frontales. Puis, le chemin traverse le ruisseau du Garbet sur le vaste replat et pénètre à nouveau dans les bois avant de s’orienter vers le sud en direction de l’étang du Garbet (1683 m) que l’on sent tout proche avec le torrent gagnant en intensité. En cette horaire matinale, l’étang et ses abords se réveillent calmement. Souvenirs d’une baignade glaciale l’année précédente où le mental fut mis à rude épreuve.

Nous longeons assez longuement l’étang et croisons quelques pêcheurs avant de s’élever dans une pente raide où le chemin reste évident. Nous prenons de la hauteur et l’étang du Garbet paraît de plus en plus petit. L’étang Bleu (1989 m) est fortement enclavé entre de grandes parois rocheuses. En ce mois de juillet, il est encore partiellement pris par les glaces. Il n’est pas nécessaire de descendre jusqu’à l’étang. Au contraire, dès qu’on l’aperçoit, contourner un petit épaulement où quelques cairns apparaissent et où nous devinons le terrain qui nous attend jusqu’au collet au pied du Pic des Trois Comtes : un mélange d’herbe et de roches lissées par le travail des anciens glaciers. Cette portion aurait mérité davantage de névés, dommage.

Arrivés au collet, accéder au Pic des Trois Comtes n’est qu’une formalité grâce aux gros blocs. La vue vers le massif du Montcalm se découvre et nous faisons un rapide aller-retour au Pic de Puntussan (2682 m) dont le nom m’a toujours inspiré. Nous retournons ensuite au collet avant de replonger vers l’étang Bleu et l’étang du Garbet où nous nous autorisons une petite sieste.