Sélectionner une page

Direction le Pic de l’Homme pour la randonnée la plus orientale que j’ai faite jusqu’à présent, et donc la visite d’un secteur qui m’est totalement inconnu. Parcours varié improvisé : chemin, neige, crêtes et couloirs.

Date: 25/04/2015
Distance totale : 11 km
Dénivelé positif : 1200 m
Temps de montée : 3h15
Temps de descente : 1h45
Conditions et commentaires : nuageux.
Difficultés : crête aérienne et couloir de descente. Hors-sentier.

Accès voiture

Accès voiture : vallée d'Orgeix - Dans le centre d'Orgeix, prendre un pont en pierre enjambant l'Oriège. L'étroite route forestière se transforme ensuite piste très correcte que l'on suit jusqu'à son terminus (environ 7 km, c'est long).

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77344

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

A la fin de la longue route forestière d’Orgeix (1400 m), nous prenons le chemin balisé dont les premiers mètres sont caractérisés par une barrière et par la présence de traverses au sol. Rapidement, nous atteignons une cabane située sur un vaste replat (1637 m). Pour l’instant, la météo est bonne et le fond de l’air agréable. Après avoir traversé une passerelle, l’itinéraire traditionnel pour le Pic de l’Homme file à droite en direction de l’étang d’Aygue-Longue.

Mais, au lieu de le suivre, nous prenons un sentier bien marqué montant rudement au début puis s’adoucissant progressivement à proximité d’une cabane détruite. C’est là que nous rencontrons la neige (1800 m environ). Au loin, une marmotte a creusé la neige et est sorti de son terrier. Tandis que le ciel vire peu à peu au gris, nous atteignons facilement le col d’en Sur duquel le Pic de Cimet a belle allure.

Nous prenons la large crête et la direction du Pic de l’Homme en passant par plusieurs pointes non nommées sur la carte. De ces pointes, belles vues sur les étangs de Naguille, Deroun et Tort. Au pied du Pic de l’Homme, la crête devient plus rocheuse, se redresse et s’effile. L’été, lorsque le terrain est sec, un chemin contourne la crête et ses difficultés. Ce jour, il est entièrement en neige et il est préférable pour nous de rester sur le fil : le rocher est bon mais son enchevêtrement le rend parfois bancale et inspire moyennement confiance. Le cheminement est plutôt facile (quelques pas de II assez peu aériens) sauf un passage délicat passé à califourchon, de manière peu conventionnelle (merci à J. pour son aide).

Le sommet est encore recouvert par une belle épaisseur de neige et le panorama est malheureusement altéré par le ciel désormais plus chaotique. Nous n’y restons que 5 minutes puis continuons quelques dizaines de mètres avant de se décider de descendre par un couloir. C’est raide, la neige est molle, mais ça se descend plutôt bien en se plaçant face à la pente. La difficulté passée, nous continuons au jugé en passant par un autre petit couloir facile. Nous atteignons la prise d’eau en dessous de l’étang d’Aygue-Longue de laquelle nous pouvons observer ce parcours improvisé.

 

Itinéraire suivi pour la descente

Itinéraire suivi pour la descente

 

Il ne reste plus qu’à rejoindre la voiture en profitant des derniers névés. Un habitant d’Orgeix à qui nous avions demandé la route à emprunter nous avait promis une neige béton là-haut, ce ne fut pas le cas.