Sélectionner une page

Du col de la Core, une crête élégante se déroule longuement jusqu’au Mont Valier. Avant l’austère col de Crusous se dressent les confidentiels pics de Lampau et Pomebrunet, élégants belvédères vers le glacier d’Arcouzan et la masse imposante du Mont Valier, qui y atteint son paroxysme.

Date: 27/05/2017
Distance totale : 23 km
Dénivelé positif : 1700 m
Temps de montée : 3h45 pour le pic de Pomebrunet.
Temps de descente : 2h15
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : passages aériens autour des deux sommets. Pentes raides hors-sentier sous le Pomebrunet.

Accès voiture

Accès voiture : col de la Core.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77086

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Depuis le dernier lacet avant le col (côté Seix), un bon chemin amène à la cabane de Subera (1499 m). Oscillant agréablement au milieu des bois puis des estives, il passe par la cabane du Luzurs (1410 m), la cabane de Cazabède (1570 m), le col du Soularil (1579 m) d’où le pic de Caries a fière allure, et enfin la cabane de Subera. Depuis les abords de la cabane, le Chemin de la Liberté balisé en jaune part vers l’est pour une courte partie rafraîchissante sous les arbres. Continuer à suivre le balisage jaune : le sentier s’élève tout d’abord sous les contreforts du pic de Lasirouge. Puis, il passe près des débris d’un avion de la RAF tombé là en 1945, faisant 7 morts. Des pièces de la carlingue et du moteur sont étalées sur plusieurs dizaines de mètres. Le cirque formé par les parois des pics Caries, Pomebrunet et Lampau est magnifique et sauvage. Nous atteignons enfin le col de Craberous (2382 m), encore défendu par un névé.

La crête jusqu’au pic de Lampau nécessite de poser un peu les mains sur des passages sans difficultés notoires. Du sommet, le pic de Pomebrunet paraît plus éloigné qu’il ne l’est sur les photos. La descente du pic de Lampau demande un peu d’attention puis la crête oscille en dents de scie avec quelques pas de II ici et là, plus fréquents à l’approche du pic de Pomebrunet. Nous avons mis environ une heure pour relier les deux sommets. Le panorama est étendu mais difficile de regarder ailleurs que vers le Mont Valier, le glacier d’Arcouzan et l’arête des Antiques !

Pour descendre, continuer quelques instants la crête S en direction du col de Crusous. Lorsque les pentes herbeuses s’adoucissent et après avoir observé les isards, s’y engager puis traverser ensuite dans du terrain facile de manière à rejoindre le chemin balisé en jaune reliant l’étang de Crusous à la cabane des Espugues. Une remontée de 150 mètres (plus de peur que de mal !) nous amène ensuite au col de la Crouzette (2237 m) pour basculer dans le vallon d’Eychelle encore bien enneigé, facilitant la descente vers la cabane d’Eychelle (1969 m) puis l’étang éponyme (1894 m). Le GR10D assez fréquenté passe ensuite sous le Cap Ner puis rejoint les pentes herbeuses au dessus du col de la Core.