';
Pic de Lampau (2543 m) – Pic de Pomebrunet (2596 m) depuis le col de la Core

 

Du col de la Core, une crête élégante se déroule longuement jusqu’au Mont Valier. Avant l’austère col de Crusous se dressent les confidentiels pics de Lampau et Pomebrunet, élégants belvédères vers le glacier d’Arcouzan et la masse imposante du Mont Valier, qui y atteint son paroxysme.

 


 

Demo Title

Demo content

 


 

Depuis le dernier lacet avant le col (côté Seix), un bon chemin amène à la cabane de Subera (1499 m). Oscillant agréablement au milieu des bois puis des estives, il passe par la cabane du Luzurs (1410 m), la cabane de Cazabède (1570 m), le col du Soularil (1579 m) d’où le pic de Caries a fière allure, et enfin la cabane de Subera. Depuis les abords de la cabane, le Chemin de la Liberté balisé en jaune part vers l’est pour une courte partie rafraîchissante sous les arbres. Continuer à suivre le balisage jaune : le sentier s’élève tout d’abord sous les contreforts du pic de Lasirouge. Puis, il passe près des débris d’un avion de la RAF tombé là en 1945, faisant 7 morts. Des pièces de la carlingue et du moteur sont étalées sur plusieurs dizaines de mètres. Le cirque formé par les parois des pics Caries, Pomebrunet et Lampau est magnifique et sauvage. Nous atteignons enfin le col de Craberous (2382 m), encore défendu par un névé.

La crête jusqu’au pic de Lampau nécessite de poser un peu les mains sur des passages sans difficultés notoires. Du sommet, le pic de Pomebrunet paraît plus éloigné qu’il ne l’est sur les photos. La descente du pic de Lampau demande un peu d’attention puis la crête oscille en dents de scie avec quelques pas de II ici et là, plus fréquents à l’approche du pic de Pomebrunet. Nous avons mis environ une heure pour relier les deux sommets. Le panorama est étendu mais difficile de regarder ailleurs que vers le Mont Valier, le glacier d’Arcouzan et l’arête des Antiques !

Pour descendre, continuer quelques instants la crête S en direction du col de Crusous. Lorsque les pentes herbeuses s’adoucissent et après avoir observé les isards, s’y engager puis traverser ensuite dans du terrain facile de manière à rejoindre le chemin balisé en jaune reliant l’étang de Crusous à la cabane des Espugues. Une remontée de 150 mètres (plus de peur que de mal !) nous amène ensuite au col de la Crouzette (2237 m) pour basculer dans le vallon d’Eychelle encore bien enneigé, facilitant la descente vers la cabane d’Eychelle (1969 m) puis l’étang éponyme (1894 m). Le GR10D assez fréquenté passe ensuite sous le Cap Ner puis rejoint les pentes herbeuses au dessus du col de la Core.

 


 

Il y a 6 commentaires sur cet article
  1. nounours09
    juin 10, 2017, 8:02

    Salut,
    Une belle sortie et avec encore un temps canon !
    Pour la portion Pic de Lampau à col de Crusous, dans quel sens ça te parait le plus facile.

    • carnets-de-montagne
      juin 11, 2017, 9:00

      Salut Philippe,
      Merci pour ton commentaire.
      Difficile à dire mais je conserverais ce sens car les passages d’escalade étaient plus « soutenus » que les désescalades. C’est parfois un peu aérien mais sans plus.
      Ca me parait aussi plus intéressant de faire Lampau -> Crusous pour avoir le Valier en face et non dans le dos.

      A noter qu’à la descente du Pomebrunet, nous n’avons pas rejoint le col de Crusous mais avons coupé à mi-chemin dans des pentes herbeuses pour rejoindre le chemin balisé en jaune reliant Crusous à Espugues.

      Quelle boucle envisages-tu ?

  2. nounours09
    juin 12, 2017, 6:47

    Salut,
    Merci pour ta réponse. En fait je souhaite aller au Pomebrunet pour voir le glacier. J’étais allé en reconnaissance l’été passé jusqu’au pic de Lampau par le même itinéraire que toi.
    Mais je ne suis pas du tout à l’aise dans les cailloux, je préfère de loin les pentes herbeuses. J’essayerai dans le même sens que toi.
    Un autre projet pour cet été (mais j’en ai toujours trop au vu de mes capacités) est de faire la crête col de La Core / col de Crabérou : ça me fais envie depuis plusieurs années.

    • carnets-de-montagne
      juin 12, 2017, 1:28

      Hello !
      La crête reliant le col de la Core au col de Crabérous n’est pas difficile, seulement parfois exposée sur quelques passages ponctuels notamment la zone Cap Ner -> Tuc d’Eychelle. Elle est majoritairement herbeuse. Ca ne devrait pas te poser de problèmes !
      Si tu crains les portions rocheuses, il est vrai que l’avantage de monter au Pomebrunet par le côté Crusous, c’est d’atteindre sans encombre ton objectif et de descendre par le même itinéraire si jamais tu renonces à un endroit sur la crête menant au pic de Lampau. Mais à te lire, la logique me semble implacable : il faut faire col de la Core -> pic de Pomebrunet !! 🙂

      J’ai consulté ton compte-rendu sur ton blog pour aller au pic de Trémul hier. J’ai adoré le vieux chemin menant à la cabane de Trémul ! C’était sympa.

  3. nounours09
    juin 12, 2017, 5:25

    Ce c’est que je me dis aussi de la logique : toute la crête et tant pis si je peux pas parvenir jusqu’au Pomebrunet.

    J’avais beaucoup aimé également le chemin de Trémul, as tu repéré des poils d’ours ou des traces à terre à l’appareil photo ?

    • carnets-de-montagne
      juin 13, 2017, 8:50

      Non, on a vu l’appareil photo mais pas de traces de passage. 🙁
      J’ai vu des traces une fois au pic Long, c’est tout.
      Je me demande bien si j’aurai la chance un jour d’en apercevoir un en vrai !

Laisser un commentaire