';
Pic de Courbayran (1759 m) depuis Bonac

 

Par sa position plus avancée, le pic de Courbayran offre un panorama presque plus intéressant que le pic de Sérau. Les nombreuses possibilités de boucles permettent de découvrir vestiges miniers et cabanes isolées du Biros.

 


 

Accès voiture

Accès voiture : village de Bonac. Se garer à côté du plan d'eau.

Tracé GPS

A venir !

 


 

De l’aire de camping-car, nous suivons la variante du GR10. Bien balisé, le chemin part d’abord vers l’est avant une épingle évidente après laquelle il repart à l’opposé dans une belle forêt. Les hêtres n’ont pas encore revêtu leurs feuilles ce qui nous permet de voir apparaître les premiers sommets comme le pic de l’Har. Après avoir surpris deux isards, nous poursuivons et quittons la forêt face au Maubermé sur un chemin relativement plat. Ce dernier arrive ensuite sous le col de Lauech (1601 m) que nous rejoignons par une timide sente. La vue s’ouvre sur la vallée d’Orle et le massif du Mont Valier.

Une raide pente monte ensuite directement au sommet où le panorama sur les sommets du Couserans est beau et étendu. Désireux de faire des kilomètres en plus, nous optons pour un retour largement détourné. Nous retrouvons le col de Lauech en prenant le sentier qui passe par la cabane de la Roque située (voire perchée) sous le sommet. Nous continuons par la variante du GR10 jusqu’au col des Cassaings (1497 m) avec la petite cabane éponyme et poursuivons jusqu’au col de l’Arech (1802 m) au pied de la mail de Bulard.

Du col de l’Arech, descente au fond de la vallée d’Orle à la cabane des Graullès. Pour cela, suivre le GR10 qui passe près de la cabane de l’Arech, emprunte temporairement la piste puis la quitte pour une série d’innombrables lacets jusqu’au bois qui nous ramène ensuite au fond de la vallée où je refais le plein d’eau. Nous poursuivons sur le GR10 jusqu’à croiser la voie Decauville que nous suivons longuement jusqu’à son terminus marqué par la grande roue de l’ancien funiculaire. Le chemin du Tour du Biros descend ensuite 500 mètres en lacets jusqu’à l’entrée de la vallée d’Orle.

Deux kilomètres de route nous séparent de Bonac où nous retrouvons la voiture les jambes lourdes après ce beau et long périple de 32 km environ. Un des bémols est que la voie Decauville avec les sommets dans le dos est assez rébarbative surtout en l’ayant déjà parcourue début janvier.