Sélectionner une page

Longue ascension en solitaire de l’élégant Pic de Barlonguère dont la montée est rude et sauvage. D’ici, le Pic des Trois Comtes est trop tentant : hop, c’est parti pour une crête facile. La vue du Port de Barlonguère vaudrait presque à elle seule la randonnée tant c’est beau !

Date: 09/08/2014
Distance totale : 24 km
Dénivelé positif : 2300 m
Temps de montée : 5h15 pour le pic des 3 Comtes.
Temps de descente : 2h45
Conditions et commentaires : beau et chaud.
Difficultés : aucune.

Accès voiture

Accès voiture : pla de la Lau.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77558

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Accéder au vallon de Peyralade nécessite une rude montée dans les bois qui a le mérite de réveiller. Du pla de la Lau, emprunter le chemin principal puis bifurquer sur la droite (panneau). A la frontale, le chemin paraît déjà bien raide, je n’ose pas imaginer l’impression en plein jour. La pente s’adoucit peu à peu lorsqu’on pénètre dans le vallon. Pendant quelques instants, le chemin herbeux se fait plus discret et longe le ruisseau de Peyralade.

Après la cabane de Peyrade, le chemin s’élève à nouveau pour passer un petit ressaut. Sur la droite en hauteur, la cabane de Trinque (2005 m) est bien visible tandis le Pic de Barlonguère, lui, nous fait face. Le chemin se rapproche du ruisseau de Barlonguère : le suivre pendant quelques instants avant de le quitter pour se diriger vers le Sud-Ouest. Théoriquement, il y a quelques cairns que j’ai personnellement loupés au début (en n’obliquant sans doute pas assez vers l’Ouest) avant de les retrouver à proximité de l’étang du Tuc du Mil. De l’étang, la trace suit un petit éperon et mène à un collet au pied du Pic de Barlonguère que l’on atteint ensuite sans difficulté. Le panorama est étendu et magnifique, je ne me lasse pas d’admirer le charismatique Mont Valier et les innombrables sommets dont le contour des silhouettes est accentué par la lumière blafarde. Quelle tranquillité d’être là-haut.

Le Pic des 3 Comtes me trottait dans un coin de la tête au départ, sans pour autant avoir pris la décision d’y aller. De retour au collet sans savoir quoi faire, je gravis un petit ressaut pour parvenir à une petite pointe. Puis, j’avance de 50 mètres pour voir comment est la crête, puis à nouveau 50 mètres et ainsi de suite. La crête est très facile, pas aérienne, et ne nécessite jamais les mains. Je la suis et m’approche progressivement du Pic des 3 Comtes. Fatigué, je suis cloué au sol dans la pente terminale du Pic des Trois Comtes qui complète heureusement bien le panorama.

Descente par le Port de Barlonguère (2400 m) qui offre une vue exceptionnelle sur l’étang Long et le Mont Valier. Poursuivre jusqu’à l’étang Long (2125 m) qu’on longe par un sentier passant quelques mètres au dessus de l’eau où faux pas rime avec plongeon. Quelques portions sont équipées de câbles. A l’extrémité de l’étang, l’étang Rond (1929 m) apparaît en contrebas : le rejoindre par un chemin parfois très escarpé. Il faut ensuite rejoindre la voie normale du refuge des Estagnous par un sentier à flanc qui démarre du déversoir de l’étang Rond et rejoint la cabane des Caussis (1859 m). Fin de journée sans histoire jusqu’au pla de la Lau : content d’en finir avec cette belle bambée !