Sélectionner une page

Elégant tour du massif de Tabe par le GR de Pays, varié et bien balisé, que nous avons temporairement perdu après le Saint-Barthélémy à cause de la neige.

Date : 26/05/2018
Distance totale : 37 km
Dénivelé positif : 2700 m
Temps de parcours : 8h30
Conditions et commentaires : tous les temps : beau, nuageux, orageux, venté puis retour au calme.
Difficultés : aucune.

Accès voiture

Accès voiture : route forestière d'Artigues, au-dessus de Tramezaïgues, dans la vallée de Rioumajou. Piste en bon état mais assez creusée, attention aux voitures basses.

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.fr/fr/trace/trace/76644

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Nous avons hésité un peu à la sortie de Montferrier sur l’itinéraire à suivre avant de retomber sur le chemin. Nous atteignons rapidement le hameau de Martinat (826 m) et poursuivons sans hésitation jusqu’au Coulobre (1560 m) au pied du Mont Fourcat. Une bonne montée de 440 mètres nous mène au sommet. Au sud, le ciel est bien plus gris que prévu et l’orage n’est pas loin. Descente au col d’Aygue Torte (1806 m) puis remontée au sommet de l’Estagnole (1921 m). Cette fois-ci, l’orage approche dangereusement et les rafales sont de plus en plus fortes. Je commence à réfléchir à un endroit pour s’abriter mais il va falloir au moins dépasser le pic du Han pour aller voir du côté des Monts d’Olmes. Au col du Han (1928 m), le vent violent soulève des gerbes de sables et de petits cailloux. Julien en a plein les dents ! Nous pressons le pas jusqu’au pic du Han (2074 m) puis l’orage semble s’éloigner et le vent se calme enfin. Ouf !

Nous atteignons ensuite le col de Cadène (1952 m) où je croise par hasard une amie qui se balade par là. La descente à l’étang d’Appy (1740 m) est agréable et l’ambiance est sympa à l’étang avec une luminosité très particulière. Il faut désormais remonter au col de l’étang d’Appy (2027 m) sur un bon chemin puis atteindre le col de Girabal (1996 m). Je tire un peu voire franchement la langue dans la montée au pic de Saint-Barthélémy. Heureusement, quelques morceaux de saucisson sont les bienvenus pour se requinquer à l’abri entre deux rochers sommitaux. Grâce à la neige, nous descendons sans trop réfléchir vers le col du Trou de l’Ours puis l’étang Supérieur et enfin l’étang du Diable. Il reste encore beaucoup de neige dans le vallon. Nous surplombons l’étang des Truites, le dépassons conformément au tracé sur la carte. Néanmoins, nous perdons trop d’altitude, comprenons notre erreur mais décidons de nous engager hors-sentier dans le vallon du Lasset. Tant pis, nous ne passerons pas par l’étang de la Grenouillère. Le terrain n’est vraiment pas fameux et nous perdons pas mal de temps. Nous rattrapons puis le tracé au niveau du bois de la Réboule.

Le tracé rejoint rapidement la route jusqu’à Montségur puis le col de Montségur (1056 m) pour une nouvelle portion bitumée après laquelle nous rejoignons un sentier en sous-bois qui nous amène tranquillement au-dessus de Montferrier. Encore quelques hectomètres et nous pouvons enfin récupérer les bières cachées à l’ombre en partant ce matin.