Sélectionner une page

La face Nord du Mont Perdu et le lac glacé à son pied, les canyons d’Ordesa, la vue plongeante sur le cirque de Gavarnie, les sommets l’entourant, la géologie caractéristique des Astazous … Un itinéraire varié exceptionnel !

Date: 25/07/2015
Distance totale : 31 km
Dénivelé positif : 2500 m
Temps de montée : 5h pour le Cylindre puis 3h jusqu’au Grand Astazou.
Temps de descente : 2h
Conditions et commentaires : nuageux en France, grand soleil après Tuquerouye.
Difficultés : passages aériens, mauvais terrain, petite escalade.

Accès voiture

Accès voiture : barrage des Gloriettes. Après Gèdre, en montant vers le cirque de Troumouse, prendre la direction du lac des Gloriettes (panneau).

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77614

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Du parking, pour être certain de prendre le bon chemin contrairement à ce que nous avons fait, mieux vaut contourner le lac par la droite. Ensuite, montée dans la brume et la bruine jusqu’au refuge de Tuquerouye par un chemin bien marqué dont les bifurcations clés sont fléchées. Le couloir est entièrement déneigé, l’ambiance doit être bien différente lorsque ce n’est pas le cas ! Nous sortons de la brume au refuge et découvrons la majestueuse face Nord du Mont Perdu ainsi que son glacier. Impression similaire à ma première fois au Port de Venasque où le massif de l’Aneto apparaît soudainement et se distingue par sa masse.

Ensuite, direction le col du Cylindre : de loin, nous ne savons pas quelle cheminée emprunter. Puis, en se rapprochant, l’une d’entre elles semble facile. C’est confirmé par un piquet rouge à son pied puis par quelques points rouges en guise de balisage. Passage aisé de la cheminée (équipée pour un éventuel rappel) puis accès déneigé au col du Cylindre. De là, montée au Cylindre par la voie normale caractérisée par un couloir fatigant d’éboulis et un petit ressaut en II ou III selon le cheminement avec une possibilité directe au col ou bien quelques mètres plus bas.

Pour rejoindre le Pic du Marboré, tentative exploratoire. Sous le sommet, il y a plusieurs très raides couloirs/entonnoirs. L’un d’entre eux nous semble praticable car moins pentu : nous l’empruntons puis désescaladons des dalles (II-III) avant d’atterrir sur une première banquette. Cette dernière est coupée par des parois. Il nous faut donc continuer à descendre. Pour cela, nous remarquons une faiblesse dans la barre rocheuse que nous désescaladons le long d’un petit ruisseau pour parvenir à une seconde banquette. Nous pouvons alors longer le Cylindre, parvenir au col du Marboré puis au pic éponyme. La vue sur le Cirque de Gavarnie rempli de nuages est fabuleuse !

Pour rejoindre le col des Astazous, descente par la crête. Mis à part un pas de II ou III aérien sur un ressaut, ce n’est jamais difficile car tout est évitable. Toutefois, le terrain est réellement catastrophique ! Obligés d’évoluer l’un après l’autre sur la plupart des passages afin d’éviter de s’envoyer des pierres sur la figure (ce n’est pas passé loin un moment). Nous évitons le dernier ressaut par le flanc ouest, rejoignons le pied du Petit Astazou, le sommet, puis le col Swan et le Grand Astazou pour finir.

Enfin, retour au col Swan pour un retour rapide à la voiture mais dans la brume juste après Tuquerouye.