Sélectionner une page

A l’instar du parcours des crêtes de Troumouse, ce parcours se déroule dans un cadre magnifique et sur un rocher moyen. Il permet d’enchaîner 7 sommets principaux en restant plusieurs heures à près de 3000 mètres d’altitude avec quelques portions d’escalade ludiques et faciles.

Date: 27/06/2015
Distance totale : 24 km
Dénivelé positif : 2300 m
Temps de montée : 3h + 2h30
Temps de descente : 3h pour le pic du Port de la Pez puis 2h30 jusqu’à la pointe du Sabre.
Conditions et commentaires : beau.
Difficultés : Escalade et désescalade (II et III) en rocher irrégulier. Raide hors-sentier.

Accès voiture

Accès voiture : après Loudenvielle, continuer jusqu'à Pont de Prat (panneaux).

Tracé GPS

Le tracé GPS est consultable ici : https://tracedetrail.com/fr/trace/trace/77336

- Tracé obtenu grâce à une montre GPS portée pendant la sortie mais susceptible d'avoir été corrigé a posteriori (bug, imprécision, arrêt involontaire, problème de batterie...).
- Les fonds de carte IGN (France) et Iberpix (Espagne et Andorre) sont disponibles en se connectant. Comment se connecter, sélectionner les fonds de carte et autres informations sur le module cartographique : Utiliser la cartographie
- Le dénivelé et la distance indiqués sur tracedetrail sont générés automatiquement en important la trace. Ces informations sont susceptibles de varier par rapport à celles présentes sur les récapitulatifs, qui ont été obtenues à l'aide d'un autre outil. Preuve en est que le dénivelé et la distance sont toujours à considérer à titre indicatif.

 

Départ vers 6 h de Pont du Prat : nous partons assez tranquillement car nous savons que la journée sera relativement longue par rapport aux sorties réalisées cette année. Le début de l’itinéraire est bien fléché et il n’est pas possible de se tromper. Nous laissons le chemin menant au refuge de la Soula pour rejoindre le Refuge Pastoral Jean Forgues. Après avoir traversé un très long replat, nous atteignons sans histoire le port de la Pez par un chemin clair et intelligemment tracé dans la raide portion finale. Belle ambiance au port de la Pez duquel le Pic de Batoua a une allure majestueuse.

Montée fastidieuse au Pic du Port de la Pez, le premier 3000 de la journée (2 h 45 depuis Pont de Prat). Nous sommes sans doute descendus trop bas par rapport à la crête et avons du rattraper ce terrain ensuite dans un chaos rocheux puis dans de fins éboulis croulants très peu confortables voire exaspérants. Au sommet, découverte de l’ensemble de l’itinéraire jusqu’au Pic de Schrader : honnêtement il ne parait pas si éloigné que ça.

Pour décrire plus facilement l’itinéraire sur la crête, je le découperais en plusieurs portions :

– Du Pic du Port de la Pez au Pic de l’Abeillé : de nombreux pas de II en escalade ou désescalade sur un rocher assez bon. Les cairns sont stratégiquement placés et il est facile de trouver le cheminement le plus facile.
– Du Pic de l’Abeillé au Pic Marcos Feliù : les apparences sont parfois trompeuses. La crête semble découpée, pourtant elle n’oppose aucune difficulté sur un rocher passable. Ici aussi, les cairns permettent un cheminement aisé.
– Du Pic Marcos Feliù au Petit Bachimale : ce n’est quasiment que de la marche.
– Du Petit Bachimale à la brèche Ledormeur : en restant sur le fil c’est facile et peu aérien jusqu’à la Pointe Ledormeur. La courte descente de la pointe jusqu’à la brèche est aérienne (III) mais avec de bonnes prises et sur un bon rocher si l’on reste sur le fil.
– De la brèche au Pic de Schrader : montée facile mais sur un rocher délité où il faut tout tester.
– Du Pic de Schrader à la Pointe du Sabre : il faut mettre un peu les mains ici et là (I, II).

Concernant la descente, nous nous sommes probablement compliqués la tâche en empruntant la crête Sud puis Est avant de regagner assez longuement le Port d’Aygues-Tortes. Depuis le port, il semble que la crête Est pointant directement vers le port était cairnée et cette dernière était beaucoup plus directe. Tant pis !

Ensuite, le vallon d’Aygues-Tortes est agréable jusqu’à la cabane de Prat-Caseneuve puis paraît bien plus long jusqu’au refuge de la Soula. Enfin, le sentier en balcon traversant les gorges de Clarabide est magnifique !