';
Casque du Marboré (3006 m) – Tour du Marboré (3009 m) – Epaule du Marboré (3073 m) – Pics de la Cascade (3161 – 3106 – 3095 m) – Taillon (3144 m) depuis le col des Tentes

 

Passé la brèche et au plus près des crêtes du cirque de Gavarnie, la foule disparaît et permet d’enchaîner tranquillement ces sommets offrant des perspectives variées magnifiques sur le massif du Mont Perdu !

 


 

Accès voiture

Accès voiture : col des Tentes.

Tracé GPS

A venir !

 


 

Trois fois que je vais à la Brèche de Roland par le Port de Boucharo, trois fois que je suis émerveillé par la vue du col des Sarradets : le Casque et la Tour comme miradors, les parois verticales sous cette dernière, le Pic du Marboré dégoulinant de toute sa masse, et le refuge niché dans cet amphithéâtre aux détails infinis. Impossible de s’en lasser !

 

Le refuge des Sarradets et le Cirque de Gavarnie depuis le col des Sarradets
Le refuge des Sarradets et le Cirque de Gavarnie depuis le col des Sarradets

 

Après la brèche de Roland, nous prenons la direction de la vire caractéristique surplombant le pas des isards afin d’aboutir au pied de l’entrée de la cheminée souterraine. Quelques pas de II nous permettent d’entrer dans la cavité. Il y a peu de lumière : ça passe sans la frontale, mais c’est bien plus confortable avec. Puis, une toute petite escalade en opposition nous rapproche de la sortie pour laquelle nous sommes obligés d’enlever les sacs, les passer d’abord avant de se hisser par l’étroit orifice. Finalement, cette cheminée est très courte, seulement quelques mètres, dommage, on aurait aimé davantage ! Une fois dehors, nous suivons les cairns vers l’Ouest pour monter dans un petit couloir déneigé puis aboutir sur la crête Sud qui file facilement au sommet.

Nous descendons par la voie normale du Casque avant de se diriger vers la Tour que nous contournons par le bas sur une banquette large et confortable. Peu après, alors qu’il est possible poursuivre le contournement jusqu’à une cheminée caractéristique, des cairns nous indiquent une voie plus directe faite semble t-il d’une succession de petits rebords et marches. Bon choix ! Cet itinéraire nous permet d’aboutir rapidement au sommet. Impression similaire à chaque fois : on le voyait fièrement dominer le refuge et maintenant, nous sommes dessus, c’est gratifiant, d’autant plus que le panorama est exceptionnel.

Pour rejoindre l’Epaule, la crête n’est pas praticable et c’est encore une histoire de contournement sur un large replat passant sous le sommet. Au jugé, nous nous dirigeons ensuite facilement vers le sommet avant d’enchaîner facilement les Pics de la Cascade en restant au plus près des crêtes. De là, la vue sur le cirque et ses étages est grandiose, tandis que le Taillon que nous avons prévu de faire nous paraît bien loin.

Pour retourner vers la brèche, il est difficile de décrire précisément l’itinéraire précis en raison de la complexité relative du terrain fait de plusieurs étages. Quoi qu’il en soit, au début, nous n’avons pas suivi l’itinéraire normal : nous avons suivi une vire sous l’Epaule entre la voie normale du Mont Perdu et l’itinéraire pris à l’aller pour rejoindre l’Epaule. Guidés par un ou deux cairns, nous sommes descendus dans une sorte de face devenant de plus en plus raide, où, bizarrement (sic), les cairns avaient disparu ! Quelques pas d’escalade (II et III) pour rejoindre le pied de la rimaye marquée en haut du névé, un jeté de bâtons, un saut en longueur, une glissade contrôlée et une poursuite sans histoire vers la brèche guidée par les nombreux cairns.
Après le col de la Cascade, nous retrouvons la foule des grands jours. Embouteillage au pas des isards, embouteillage à la brèche, aller-retour au Taillon, puis embouteillage un peu partout durant la descente jusqu’au refuge incroyablement bondé, puis jusqu’au col des Tentes. Beaucoup de monde, mais après tout, nous y avons contribué et le site est tellement beau …